BEN CHEFFAJ Saad est représentatif de divers aspects de la peinture marocaine. Actuellement, et depuis toujours, il est hanté par le désir de vaincre toute entrave, afin de construire un dialogue fructueux. BEN CHEFFAJ Saad n’est pas seulement un artiste peintre mais un intellectuel conscient de son rôle dans la société. Il a toujours combattu la laideur artistique, la bêtise humaine et la terreur de l’ignorance. Pour lui, l’artiste a des responsabilités à assumer et il est de son devoir de s’en acquitter. Aider à comprendre, interpeller, former, initier sont autant de tâches dont se serait investi un artiste. Chez le peintre, ces tâches sont une mission, et cette mission est une raison d’être.

BEN CHEFFAJ Saad ne se contente pas de contempler et de méditer mais il engage le dialogue avec lui-même et avec l’autre. Sa maîtrise d’une technique singulière et du pinceau le place dans la trempe des artistes qui ont marqué l’histoire de l’art. C’est exactement cet esprit pluriel de l’artiste qui est mis en exergue dans ses œuvres. Il prône la différence et condamne l’indifférence meurtrière.

Revers, envers, travers. Frontières, entre-deux, écarts. Autant de termes qui énoncent l’instabilité des postures et des représentations que Saâd Ben Cheffaj nous révèle. Dans son œuvre, le bas côtoie le haut, le masculin s’incorpore au féminin et inversement, dans un monde où l’envers se frotte à l’endroit, le religieux fréquente le sexuel.

Dans sa peinture, l’image et le jeu sur le matériau visuel occupent une place centrale. Chaque tableau montre comment le dispositif pictural est construit sur un modèle de surveillance qui questionne le statut du spectateur. Une œuvre, axée sur une technique de la transgression et du mal, précise les traits d’une esthétique polysexuée qui exhibe la circulation des identités sexuelles, sociales et imaginaires, en truquant les images et en piégeant l’identification visuelle.

Nul doute que cette œuvre inclassable, dérange car elle parle de l’humain, de la profusion des identités qui déstabilise les repères, de l’énergie pulsionnelle qui s’incarne dans un objet de désir qui peut être féminin, masculin ou relevant d’un troisième genre.

 

El jerroudi Mohamed

Poète, critique d’art